[Retour la liste]


NOS GENES CONFLICTUELS ! le 26/12/2009 à 14h39

Cette semaine, je vais laisser de coté les affaires Ghrissoises, non pas parce qu’il n'y a rien à dire, mais tout simplement parce qu’à partir de la semaine qui s’achève commence une succession de fêtes religieuses et sociétales pour les trois religion monothéistes.  à commencer par la Noël (25 décembre) qui marque la naissance de Jésus, (3alayh Salam), même si certains historiens prétendent que Jésus est né quatre années avant, ce qui se traduirait par  Jésus est né quatre ans avant Jésus Christ !!
Puis le premier Moharrem (29 décembre) qui correspond à l’anniversaire de l’hijir du prophète Mohammed (SWS) de la Mecque à Médine et qui marque le début de l’année du calendrier musulman,
Ensuite vient le jour de l’an (1er janvier) qui marque le nouvel an du calendrier grégorien,
Puis c’est la fête juive du 10 Tévet (6 janvier) qui correspond au Jour de jeûne et de deuil pour les juifs qui commémorent le début du  siège de Jérusalem par les Babyloniens.
Puis la fête d'Achoura (le 7 ou 8 décembre) qui est célébrée de différentes manières.
- Tout d’abord par les juifs qui observent un jeûne pour remercier Dieu d'avoir épargné Moise (3alayh Salam) et son peuple de la tyrannie du pharaon d’Egypte en leur facilitant la traversée de la mer rouge .
- Par les musulmans Chiites pour qui elle rappelle l’assassinat par Yazid Bnou Mou3awiya de Hussein Bnou Ali, petit fils du prophète Mohammed (SAS) .
- Enfin par Imazighen pour qui l’eau durant dix jours  représente la matière de l’abondance et de la fertilité "Ta3chorte d’Assa Ila Lkhir g’Amane"
La dernière fête du mois est le premier Yennayer Amazigh (13 janvier) qui marque le jour de l’an du calendrier Amazigh ou agraire et que nous fêtons par la préparation du couscous au sept légumes (sb3 Khdar).
Comme quoi il y a de quoi festoyer si on avait pas en nous ces gènes conflictuels qui à défaut de n’avoir avec qui se chamailler l’homme le fait avec lui-même. Ce qui par conséquence ne fera jamais de notre monde un havre de paix.
Et si demain on instaure une paix entre juifs et musulmans, le lendemain un conflit éclatera entre les fractions de ces deux religions. Chiites contre sunnites pour les musulmans, orthodoxes contre les libéraux pour les juifs. Quant aux chrétiens, les dissensions entre Arméniens, Orthodoxe et les catholiques sont là pour témoigner du désaccord qui existe entre les adeptes de Jésus.
Dans les pays où l'appartenance religieuse ne pose pas de problème, c'est l’appartenance tribale qui prend le relais pour faire perdurer l’état conflictuel entre les gens !
Faut-il alors désespérer ?
Non, Car il n’est pas exclu que demain la recherche génétique arrive à extirper de nos corps les gènes conflictuels et fait de nous des OGM (organisme génétiquement modifié), là on ne se battra plus entre nous, mais ne va -t-on pas souffrir du manque de ne pouvoir nous engueuler?
L'autre solution qui me parait amusante serait celle qu’avait recommandée il y a plus de cinquante ans 3mi Bihi de la tribu des Ait Izdg et qui consiste à bannir les armes et à ne se battre qu’avec des touffes de terre (Ardguen Akchaw'ngh imalalene)  ! Après chaque bataille nous serons tous couverts de poussière au point de ressembler aux  bourdons (Id Harzouz) mais cela nous évitera de nous entretuer et nous permettra de nous retrouver après chaque bataille dans l’étang de l’oued afin de prendre un bain de dépoussiérage!

Bonne et heureuse année  

Ainsi va Ghriss
Agadir le 27/12/2008

[Retour]