[Retour à la liste]


"IFOUROUSSN" (Les Gerçures) DE NOTRE SEGUIA ! le 26/12/2009 à 14h31

Voilà une semaine bien chargée qui s’annonce ; les élections présidentielles aux Etats Unis, la désolation et la souffrance de ceux qui ont tout perdu lors des dernières inondations et le concert de la tolérance à Agadir ! Le dicton « Koul wahd ilghi blghah » trouve dans cette situation toute sa signification. Et c’est dans ce contexte que je vais de mon coté chanter à ma façon, même si de nombreux lecteurs aimeraient agir comme le fait Cétautomatix au Barde du village d'Astérix en me bâillonnant.
Voilà, c’est pour vous avertir d’avance et de vous dire que mon chant n’est pas du tout gai. C’est un chant plaintif qui ressemble à celui d’un coyote d’Assdrem qui ne trouve rien à mettre sous sa dent.
Je veux consacrer la chronique de cette semaine exclusivement à Goulmima et tout particulièrement à Ighrem n’Igoulmimen et à tous les ksar qui sont en aval de Tizi n'Imnayen pour attirer leur attention sur la dérive collective dans la gestion des affaires de leur communauté. Je ne désigne du doigt personne, car nous sommes tous responsables à commencer par moi qui suis loin du terrain et continue d’entretenir un monologue qui n’a aucune porté à part celle d’extérioriser ma colère.
Voilà plus d’un mois et demi que la seguia est à sec et que cet état de fait ne semble émouvoir personne !
Quelles sont les raisons de cette démission collective et de ce comportement désintéressé des populations Igoulmimen ?
Notre communauté a-elle perdu l’esprit de solidarité et la prise en considération de l’intérêt général qui la caractérisait ?
Sommes nous réduits à ne nous occuper que de ce qui nous concerne, et de ne voir que notre intérêt personnel en disant tant pis pour l’autre et le voisin ?
Il y a une vingtaine d’années, on n’aurait jamais laissé l’eau de la seguia se perdre dans l’oued. A chaque passage d’une crue toute la population se mobilise pour retaper les digues afin que la palmeraie soit irriguée et ne souffre pas d’un manque d’eau. Depuis plus d’un mois ce nerf vital de toute l’oasis est a sec, mais l’inacceptable c’est l’indifférence un peu généralisée de tout le monde.
Ce n’est pas parce que certains ont d’autres sources de revenus, qu’ils doivent oublier que s’ils sont devenus ce qu’ils sont, c'est grâce aussi à cette seguia nourricière.
A-t-on pensé à toute cette faune aquatique et à tous ces micro-organismes qui filtrent notre eau et que nous avons fait disparaître par notre indifférence?
Je lance un appel à tous ceux qui sont concernés et nous le sommes tous même si les services de l’Agriculture, Taqbilte, le Conseil Municipal, les Autorités locales le sont plus que nous.
Je leur dis que le curage de la grande seguia et de Tamazozte ainsi que la réparation de la digue de dérivation de Magamane doivent être entrepris sans délai !
Ce n’est pas parce qu’il pleut et que la palmeraie est arrosée qu’il faut négliger l’entretien de la seguia et se passer de son eau.
Je ne vais rappeler que cette citation de chez-nous qui dit : « Hane ouna itsodn g’oughou Atiwte Fadn’s » A bon lecteur salut

Ainsi va Ghriss
Agadir le 01 Novembre 2008

[Retour]